Prise en charge psychomotrice dans le phénomène de centralité (2017)

By | 7 octobre 2019

Thomas N’GUYEN – ISRP

Master Internacional en Psicomotricidad avec projet de Thèse de Doctorat

Ce thème est peu connu mais avec une vélocité d’apparition incontestable dans notre société moderne. La centralité, définit vulgairement comme étant une existence trop proche du centre, a été mis en évidence dans le tryptique phénoménologique de l’hystérie. Au côté de l’intensité et de la figuralité, la situation existentiele des personnes hystériques se caractérise par une propension à vouloir se situer au centre, notamment de l’attention. D’où une gestion sociale et intersubjective de la personne trop centralisée particulière. Du côté de la psychomotricité, on observe que ce phénomène n’affecte pas uniquement la sphère relationnelle mais touche une grande variété de fonctions psychomotrices, sinon toutes. En cela, il est alors observable que nous sommes bien confrontés non pas à un trouble localisé dans un item psychomoteur mais bien dans une présence-au-monde, dans une existence. Afin de mettre en relief cette présence-au-monde centralisée, notre mémoire de recherche se propose d’étudier les impacts que peuvent apporter une prise en charge psychomotrice auprès d’un individu présentant ce phénomène. Le protocole rigoureux et approuvé de notre méthodologie de recherche autour d’un cas unique en deux phases permettra d’affirmer ou d’infirmer notre problématique à savoir si la psychomotricité a une influence sur une présence-au-monde de type centralisée.

Dans un temps second, nous nous proposerons de mettre en releif le lien qui subsiste entre l’ère numérique dans laquelle notre société nous engouffre et le phénomène de centralité. Un lien fort existe entre ces deux éléments et des précautions cruciales sont à entrevoir quant à l’entrée du numérique dans notre quotidien. Lorsque nous tournons notre regard sur les fonctions psychomotrices qui sont impactées par l’utilisation intensive du « tout numérique », nous constatons que ces dernières sont, dans la totalité, affectées. Ainsi, il ne s’agit pas d’un trouble isolé mais bien d’un trouble existentiel touchant la totalité de l’être. Minutieusement et en élargissant notre regard pour y intégrer une visée phénoménologique, l’utilisation des objets numériques semble converger vers une mise en exergue du phénomène de centralité.

5000 €uros